Dans la Prison

manga dans la prison

Auteur: Kazuichi Hanawa
Année: 2000
Editeur: Ego comme X
Nombre de volume: 1 volume
Genre: Société, Seinen

Résumé sur le site de l’éditeur:
DANS LA PRISON (« Keimusho no naka » dans son titre original) de Kazuichi Hanawa à été publié en 2000 au Japon. Cet ouvrage constitue un remarquable témoignage sur les trois années que l’auteur à passées dans une prison de l’île nord d’Hokkaidô, où il avait été incarcéré le 8 décembre 1994 pour détention illégale d’arme à feu.

Dans cet un habile pamphlet contre le système carcéral nippon, Kazuichi Hanawa rend compte de la vie dans cette “communauté” d’une manière extrêmement scrupuleuse où une foule de détails prennent une importance qu’ils n’auraient pas à l’extérieur et élabore une réflexion originale sur sa condition de détenu.

Un film adapté de ce livre a également été réalisé par Yoichi Sai. Sorti au Japon en 2002, il a été présenté en 2003 au festival de Deauville.

manga dans la prison

N’ayant pu lire le manga, j’attire votre attention sur deux critiques:

Critique du Virus Manga
“Avec Dans la prison, le lecteur occidental goûte à un genre de dépaysement assez particulier… Hanawa fait preuve d’une philosophie inhabituelle dans le cadre du témoignage carcéral. Sur ses compagnons de cellule, pratiquement aucun renseignement, aucune anecdote rocambolesque… Jamais il ne revient non plus sur sa condamnation ni se plaint de quoi que ce soit. Mieux il se trouve bien nourri et s’estime libéré de certaines contraintes sociales et administratives du dehors. Un propos contemplatif qui génère une bande dessinée extraordinaire du point de vue de l’observation… Une oeuvre majeure dont le propos est sans équivalent dans l’histoire de la bande dessinée mondiale.”

Critique du club Jipango:
« A la maison de dépôt ‘S’ d’Hokkaido, le petit-déjeuner est à 7h25. » Un homme dans sa cellule, cheveux ras, vêtements de taulard, décrit avec une précision maniaque la vie dans une prison nippone. Ici pas de gangs, de viols, de tentatives d’évasion. Hokkaido n’est pas Alcatraz. Simplement la répétition à l’infini des rituels qui font du système pénitentiaire japonais un enfer (le mot kangoku, ‘prison’ en japonais, a un caractère en commun avec jigoku, ‘l’enfer’) auquel tous doivent se soumettre.
Le manque de nicotine, l’obsession permanente pour la bouffe et le règlement, le travail obligatoire…Il ne manque aucun détail à cette scrupuleuse chronique du quotidien carcéral, dans un dessin au trait épais. Finalement le regard de Hanawa sur cette vie en prison n’est ni critique, ni désabusé, simplement documentaire, et c’est ce qui fait tout l’intérêt de ce manga, en plus de son thème tout à fait inédit. Une seule chose est sûre : Hanawa connaît bien la prison qu’il dessine, il y a séjourné 3 ans de 1995 à 1998 et ce manga est le fruit de son observation et de son travail sur place.

Sources
Site de l’éditeur Ego comme X
La newsletters du club Jipango