Melody of Oblivion

Melody of Oblivion
MELODY OF OBLIVION

Année: 2004
Genre: Heroic fantasy / Mecha / Aventure
Studio: JC STAFF & GAINAX
Nombre Episode: 24

Melody of Oblivion
Gros bras dit le héros et la chaudasse à gros seins

Histoire :
Le 20ème siècle a été marqué par une guerre totale entre les humains et les monstres et ce qui ont gagné… sont les monstres. Bocca est un lycéen comme les autres. Un soir, il assiste à un combat entre un guerrier et un démon. Son pouvoir se révèle alors. Lui aussi a la marque des Méros, ces guerriers qui n’ont de but que d’éradiquer les monstres.

Melody of Oblivion
Chez Gainax et JC Staff, on est des pros pour recycler les cellulos

Avis:
Alors alors alors. Faut remettre certaines choses au clair concernant Melody Of Oblivion. A la base, c’est une histoire à la noix d’héros lycéen qui doit roxxer des monstres baveux en mécha. Après le premier épisode, je suis dubitatif. Je pousse un peu. Episode 4, je tiens plus, j’éclate de rire. Episode suivant, rebelotte. La série reste sérieuse mais c’est tellement décalé, tellement con que j’éclate de rire à chaque épisode.

De plus la série a quelques atouts sympas. La construction de la série est assez originale. Des tranches de 3 épisodes (les titres d’épisodes sont en acte). En gros, le héros arrive dans un bled, (épisode 1), y’a embrouille (épisode 2) et grosse baston (épisode 3). Puis on passe à autre chose tout en faisant avancer l’histoire générale. Bref, ça gonfle pas, ça change vite et bien.

Melody of Oblivion
Les démons sont nazis et la chaudasse fait son comeback

Ensuite, la présentation des monstres est assez intéressante. Ils vivent dans des espèces de mondes parallèles et le traitement graphique de ces univers est assez sympa. Dernier point positif, le héros est assez con et tout le monde le déteste (l’épisode 3 est assez excellent, les villageois le caillaissent après qu’il les ait sauvé). Je vous préviens quand même que vers l’épisode 20, la série part ouvertement et complètement en couille assumant ex post le décalage de son univers (et là, c’est vraiment excellent).

Bref, une série un peu nulle au premier abord mais qui recèle d’éléments à droite à gauche vraiment intéressants qui bout à bout en font une série vraiment pas mal. Enfin, Gainax oblige, la série est bourrée de fan service qui achève de semer le trouble sur cette série assez difficile à classer et à présenter. En résumé, je vous la recommande cordialement!

Spécial fan service*
Melody of Oblivion
Etre Meros, c’est frotter ses flèches sur son sexe et s’enduire de vaseline (si, si)

Melody of Oblivion
Tandis que les jeunes filles sucent des sucettes, on voit que les egyptiens connaissaient déjà l’industrice du porn hardcore.

*Fan Service: Passage montrant des personnages féminins nues ou très peu vêtues

10 commentaires sur “Melody of Oblivion

  1. Mouais, je ne suis pas totalement d’accord avec cet avis. J’aime énormément cet anime, et ce depuis le tout premier épisode. Il faut faire la différence entre anime nul et cliché et anime qui fonce exprès droit dans ces mêmes clichés pour se moquer du genre. C’est le cas ici, et il est difficile de comptabiliser toutes les références à d’autres animes et encore moins l’enchainement des lieux communs de l’animation japonaise. L’humour et le n’importe quoi apportant, effectivement, un décalage complet.

    C’est donc un très bon anime, qui, à l’instar de son « grand frère » Utena, ne plaira pas à tout le monde. Il faut avoir assez de jujotte pour apprécier tout le second degré de la série tout en ne manquant pas une trame sous jacente qui se prête merveilleusement bien aux interprétations (comme Utena en somme).

    Sinon, il me semble que Gainax ne s’est occupé que de l’animation ou un truc technique du genre. Cet anime, on le doit plus au studio JC Staff, déjà responsable de Utena ou encore Excell Saga (deux modèles de décalage/parodie). D’ailleurs, quand on connait un peu Utena (je le conseille à tout le monde, soit dit en passant), la parenté avec MoO est évidente.

    Voilà, désolé d’avoir fait mon chieur et d’avoir posté un si gros pavé :p

    J’aime

  2. Salut Menear.

    Ton avis est très intéressant. J’adore les désaccords et Melody of Oblivion est sujet à interpretation. La série prend, selon moi, un virage en douceur au fil des épisodes en assumant de plus en plus le coté « décalé » de l’anime. Par petites touches avec certaines méros au début, on entre de plein pied dans le n’importe quoi le plus marrant vers la fin de la série (avec le délire sur les vaches entre autres ^_^;). Pourtant, il faut bien attendre 5 ou 6 épisodes avant de vraiment voir la différence entre le coté cliché et le coté décalé (le démon avec le bras dans le barrage a été pour moi le déclic).

    De ce fait, on reste assez éloigné d’un Excel Saga qui met ouvertement les pieds dans le plat dés le début de la série (j’imagine mal d’ailleurs Excel Saga au premier degré :p ).

    Je n’ai vu que le film d’Utena et je suis resté très… dubitatif (un manque de jugeotte sans doute ^o^) donc je suis mal placé pour esquisser des rapprochements (je prend note au passage que JcStaff en est le studio géniteur).

    En revanche, même si je n’irai pas jusque à dire que MoO est une très bonne série, ça reste néanmoins une bonne série à découvrir avec un coté intriguant et accrocheur. Je n’ai pas assez insisté sur ce point.

    Merci d’avoir fait ton chieur Menear!

    J’aime

  3. Oui, c’est moins barré qu’Excel Saga, c’est vrai mais c’est quand même pas mal déjanté quand même ^^. Cela dit, je conçois tout à fait qu’on puisse ne pas accrocher ou accrocher moyennement à MoO. Personnellement, c’est exactement le genre de série qui me plait, mais ce n’est bien sûr pas le cas pour tout le monde.

    Sinon, concernant Utena, le film est très très bizarre, surtout si on n’a pas vu l’anime. La série est à mon sens plus intéressante, car simplement plus complète (le film serait à la limite un complément, une réécriture de la série). Je la conseille très fortement, même si elle ne plaira pas à tout le monde, c’est pour moi une des séries géniales produites en animes ces dernières années (même si ça commence un peu à dater 😉 ).

    Si ça t’intéresse, tu peux toujours jeter un coup d’oeil, sur mon site, aux quelques (!) articles consacrés à Utena 😉 (pub, pub quand tu nous tiens :p)

    J’aime

  4. Hum hum

    Les articles sur Utena sont très complet (un peu trop même, j’avoue avoir lu tout ça un peu en diagonale pour ne pas me casser toute la surprise de la série).

    Je vois un peu mieux les liens entre MoO et cette série. Sur le plan narratif, on peut rapprocher les séries sur l’utilisation d’une mise en scène théatralisée (les passages Monster Union avec des décors « mouvants » et les apparitions du club théatre avec leur jeux d’ombres chinoises dans Utena ou encore le découpage en acte des épisodes de MoO)

    Les passages « monster union » me font également énormément penser au film Utena qui m’avait frappé avec ses décors déstructurés (je comparais ça à Blame! à l’époque) tirant furieusement sur le rouge (couleur dominante des séances Monster Union)

    Merci pour les précisions Menear, je note qu’il faut que je regarde Utena, cette série m’intrigue du coup.

    Merci pour la pub aussi, j’ai rajouté Mangasland dans mes liens, c’est toujours bon d’avoir un site comme ça sous le coude. (^_^)

    J’aime

  5. (Youpi j’ai encore convaincu/converti quelqu’un pour regarder Utena ^^)

    Comme les articles Utena ne sont pas de moi, je peux te les conseiller en toute objectivité même si c’est vrai qu’ils sont plus intéressants après visionage de la série (il n’y a que le premier qui soit vraiment descriptif).

    Sinon, merci pour le lien, je ferais pareil de mon côté dès que je pourrais 😉

    Bonne continuation pour Ame-nimation que je continue et continuerai à visiter un peu anarchiquement au hasard des archives et des posts récents 😉

    J’aime

  6. En effet MoO (je connaissais pas l’abréviation!lol) est exactement dans la lignée d’UTENA !

    Pour moi fan de GAINAX, UTENA est ma série fétiche hors gainax et c’est dire pour ceux qui me connaissent !

    Bref, meme si MoO est assez déroutant par sa narration il faut retenir le coté sombre de la série a mon gout !

    C’est comme pour ABENOBASHI, je retient plus le coté sérieux de l’anime que l’humour hilarant et apprécié !

    J’aime

  7. Salut Otaking (la classe le pseudo 😉

    Décidement, j’ai l’air bien con à ne pas avoir vu Utena moi 😀

    Pour disgresser (légèrement) sur Abenobashi, j’ai un peu du mal à retenir le coté sérieux de l’anime vu que la Gainax en colle une louche en part A du premier épisode pour le ressortir de dessous le manteau en part B de l’épisode 13. Ca m’a plutôt l’air d’une excuse pour caler 12 épisodes de pur n’importe quoi (de qualité inégale mais bien marrant dans l’ensemble).

    Pour finir sur la Gainax, LA série qui a su mêler avec un dosage parfait sérieux, mélancolie, délire et ironie, c’est Fuliculi (série à laquelle je voue un culte cachée depuis 2000). Faut dire aussi que beaucoup de fée s’étaient alors penchées sur le nouveau né (coprod Gainax/production IG, la musique des The Pillows…)

    Sinon bonne chance pour Welcomunity, Otaking!

    J’aime

  8. Ouais ! tu parle pas a n’importe qui !lol

    Bref, pour FLCL, j’ai adoré mais Abenobashi est moins lourds je trouve . au final FLCL est pour moi un méga bordel.

    Sinon pourabenobashi il y a 4 épisodes sérieux sur 13 ! et beaucoup d’allusions a ces moment serieux sont visible dans le sautres ! mais en effet, l’humour ressort plus de cette série.

    EN ce moment sur discount manga tu as un coffret UTENA acheté le 2eme et dernier offert soit moins de 50 euros la série intégrale !

    Par contre l’edition KAZE est des plus bidon meme DYBEX avait fais mieux en VHS c’est dire !!

    J’aime

Les commentaires sont fermés.