Festival Anima 2008 à Bruxelles, Demandez le programme

Cette année encore le festival Anima va proposer au public belge une sélection bien alléchante de long et court métrage d’animation.

Du 1 au 9 février 2008, Anima se déroulera au Centre Flagey à Bruxelles. Vous allez pouvoir rattraper votre retard en film d’animation (et on n’est pas gâté à ce niveau à Bruxelles avec très peu de sortie en animation à part les blockbusters de Disney ou de Dreamworks)

Cette année au programme, près de 200 courts inédits, treize nouveaux longs métrages, des rétrospectives (Pes, Rosto, les Fleischer, Europalia…), des ateliers, des expositions “Peur(s) du noir”, “Max & Co” et des événements comme “la Nuit animée”. De plus, pour la première fois, la compétition internationale inclura également des prix pour les publicités et les vidéos musicales.

Mais sans plus tarder, une petite présentation de la sélection officielle dans la catégorie Film d’Animation.

La sélection officielle :

Catégorie Film d’Animation International

Amer béton

(Tekkon Kinkreet), Michael Arias, Japon, 2007, 110’

A lire=> le sujet sur Amer Béton

Ghost in the Shell Stand Alone Complex Solid State Society

(Kokaku Kidotai: Stand Alone Complex – Solid State Society), Kenji Kamiyama, Japan, 2006, 105’

A lire=> le sujet GITS Solid State Society

La Traversée du temps

Mamoru Hosada, Japon, 2006, 100’

A lire=> le sujet sur la Traversée du Temps

Les autres films en compétition

El Arca

(L’Arche de Noé), Juan Pablo Buscarini, Argentine / Italie, 2007,90’

Desmond et le Monstre des marais

(Desmond & Träskpatraskfällan), Magnus Carlsson, Suède, 2006, 68’

Khan Kluay

Kompin Kemgumnird, Thaïlande, 2006, 95’

Le Petit Roi Macius

Sandor Jesse, France / Allemagne / Pologne, 2007, 78’

Nocturna

Victor Maldonado, Adrian Garcia, Espagne, 2006, 80’

Note
En court métrage, je note la présence de « Gentlemen’s duel » du studio blur (déjà à l’origine du court métrage Gopher Broke visible ici)

Tout le programme est disponible sur Le site officiel

8 commentaires sur “Festival Anima 2008 à Bruxelles, Demandez le programme

  1. Ok, la voix FR de l’héroine de la traversée du temps me semble très mal choisie. De toute façon ce film est un pétard mouillé.

    La bande annonce d’Amer beton ne montre pas grand chose, a part la ville, aucun plan ne dure plus d’une seconde. Donc rien sinon que les dessins des personnages sont horribles. Les textes qu’ils passent « expérience unique… » « humanité, trahison… » sont ridicules.
    Le monde de la bande annonce continue d’être très mauvais.

    J’aime

  2. Pour Amer Beton il est vrai que la bande d’annonce est mauvaise, mais n’oublions pas que l’oeuvre réelle est de Taiyou Matsumoto, auteur du manga à l’origine du film, je cite Amer Beton en vfr. Pour ce qui est des dessins, les animateurs ne ce sont pas foulés mais ceux du manga sont uniques et en tant que connaisseur, l’auteur à l’egard des grosses productions commerciales mangas, n’est pas un amateur en dessin et developpe un style unique et plus qu’original. En revenant au film je l’ai regardé, mais sa ne vaut pas le manga^^, même si celui-ci reste quand même une belle piece d’animation(mais le manga est mille fois meilleur).

    J’aime

  3. Shinji > oui moi honte sur moi, je n’est toujours pas regardé cet anime.. T_T
    alors que je l’ai dl depuis trooop longtemps.. arf j’ai pas le droit je sais T_T

    J’aime

  4. Amer Béton c’est du tout bon.

    Pas facile de retranscrire le manga en anime. Je trouve que c’est relativement fidèle aussi bien au niveau du fond que de la forme. L’animation est impeccable et la musique de Plaid est vraiment bien léchée. C’est un mélange aigre-doux un poil plus optimiste dans l’anime.

    Anime ou Manga, les deux on leur charme et ça serait bien dommage de passer à côté 🙂

    « Sois heureux, sois heureux » 😉

    J’aime

  5. Perso, la sortie du film a été pour moi l’occasion de plonger… dans le manga (il n’est jamais trop tard) et woaw, très très bonne surprise (Taiyo Matsumoto, j’ai beau lire de plus en plus de ses manga et je tombe toujours sur du très très bon.)

    J’aime

  6. J’avais lu Gogo Monster… j’avais beaucoup apprécié.
    A chaque fois avec Matsumoto, c’est un univers à part et vraiment touchant. Le détail est poussé, tout est comme flottant mais à la fois presque palpable. Dur à expliquer! A lire quoi, à vivre.

    J’aime

  7. J’ai commencé Matsumoto avec Number Five que j’ai vraiment adoré. Le mélange d’irréel, d’émotions, de dérisions… C’est un cocktail vraiment prenant.

    Après avoir lu Amer Beton et Gogo Monster, que j’ai beaucoup aimé, j’en adore encore plus Number Five car il a poussé pas mal de ses thématiques à l’extrême.

    Bref, je conseille chaudement number five 🙂

    J’aime

Les commentaires sont fermés.