Kane & Lynch 2 : Dog Days [PS3]

[dropcap]S[/dropcap]hanghai. Lynch s’est refait une vie dans la mégapole chinoise. Boulot stable, petite copine, contrat en attente… Bref, tout semblait rouler sur des roulettes. Mais alors qu’il accueille son vieux pote Kane pour un gros coup, il fait un détour pour régler une petite affaire. Mauvais endroit au mauvais moment, cette petite affaire va foutre en l’air la vie des deux compères.

Kane & Lynch 2 plante le décor : Ville poisseuse, méchants sans scrupule et fusillade non stop : voilà les cocktails qui parsèment le jeu. Dès les premières minutes de jeu, le duo est propulsé direct dans des fusillades violentes à travers la ville. Quelques cut-scènes viennent planter rapidement le décor et on repart pour du gunfight et encore du gunfight.

La première chose qui frappe, ce sont les graphismes : les effets de lumières, de caméra sur épaules, les saturations rendent vraiment très bien. La deuxième chose qui frappe, ce sont les graphismes : ils sont moches…

Autre gros problème, c’est que le système de planque. Bien qu’amélioré depuis le 1er Kane & Lynch, il reste mal fichu et buggé. On se retrouve à tirer dans le décor, on peut nous toucher quand on est planqué, on reste collé à sa planque ou alors on se planque au mauvais endroit. Le tout avec un héros rigide comme un robot, franchement rageant.

Surtout que les ennemis, bêtes et méchants, vous aligneront sans problème depuis l’autre bout du level, soyez donc prêt à mourir encore et toujours jusqu’à atteindre le prochain checkpoint. C’est d’autant plus marqué avec les chiens… ils vous foncent dessus et vous tuent en un coup, vous obligeant à reprendre le level depuis le dernier checkpoint. On en vient donc à apprendre par coeur leur apparition pour les aligner dès le début. Fun…

En plus, loin de tirer parti de l’ambiance « Shanghai », le soft se contente de nous faire traverser des bidonvilles, des chantiers, des immeubles, des rues bien droites… à part avoir des méchants chinois, le jeu ne tire absolument pas parti de la ville, de sa démesure et de sa dichotomie entre gratte-ciels modernes et quartiers pauvres limite bidonvilles. Non, le jeu aligne les rues comme des couloirs et se contente du minimum en terme d’ambiance. Dommage.

Shanghai By NightEnfin dernier problème : La durée de vie. IO-Interactive redéfinit le concept de « foutage de gueule » : 4h de jeu pour terminer Kane & Lynch 2 : Dog Days. Oui, 4 misérable heures passées à recommencer plusieurs fois les mêmes niveaux…

Les modes multijoueurs compensent heureusement cette durée de vie si courte. Néanmoins, là aussi, ça reste assez légers et répétitifs (6 maps de 4 minutes de jeu chacune), vous risquez de vous lasser très vite.

Qui peut sauver Lynch ?

Oui, qui ? Pas moi en tout cas. Enfin si. En points positifs, le doublage français est remarquable. Lynch est excellent et juste profiter de ses répliques est un régal. Dommage en revanche que les discussions in game n’aient pas été soignées et que notre héros parle mais ne bouge pas la bouche…

Enfin, je le redis, même si le balancement de caméra quand on court est limite gerbant, la recherche graphique et les effets proposés sont excellents. J’espère que ça va donner des idées à d’autres studios.

Enfin le mode « deux joueurs » sur un même écran est bien pensé. En solo, Kane ne sert vraiment à rien, mais avec un ami en ligne ou à coté de vous (pour peu d’avoir un écran assez grand) ça rajoute vraiment un plus en terme d’ambiance.

En conclusion

Kane & Lynch 2 rejoint son ancêtre au panthéon des daubes. Pétard mouillé poussé par un marketing agressif, le jeu perpétue les erreurs du passé : Graphisme moche, jouabilité déplorable, durée de vie ridicule.

C’est un rendez-vous manqué alors que le jeu avait suscité beaucoup d’attente de la part des joueurs. Il avait tous les atouts en main mais le manque de finition et d’inspiration pousse le jeu dans les limbes de la médiocrité. Ne reste pour lui que son audace graphique et ses modes multijoueurs, qui rallonge un peu l’intérêt du jeu.

# Le détail #

Graphisme : 07/20
Les effets sont vraiment bien intégrés et donnent une bonne ambiance au jeu. En revanche, derrière le vernis, on découvre des graphismes laid et terne et les ennemis ont une animation saccadée d’un autre temps…

Scénario : 05/20
Les cut-scènes participent à l’ambiance « crade – filmé en amateur » mais elles se révèlent peu inspirées. Le scénario dans son ensemble tient dans un mouchoir de poche et ne sert que de prétexte à des vagues d’ennemis non stop. Mauvais.

Jouabilité : 09/20
Sans être injouable, le jeu propose une jouabilité crispée et robotique qui casse la fluidité des combats. Le système de planque achève le tout, buggé et approximatif, il sera la raison de dizaines de morts et autant de level à recommencer.

Durée de vie : 5/20
Un jeu long n’est pas forcément un bon jeu, mais Kane & Lynch 2 cumule jeu ultra répétitif et durée de vie très courte. 4h, même en comptant le multijoueur, ça reste dur à accepter.

Musique & Son : 13/20
Rien que pour le doublage français, le jeu mérite la moyenne. Les musiques sont discrètes mais très bien intégrées et l’ambiance sonore assure : armes et environnement, tout est bon, sans fioritures.

Note Globale : 7/20
Kane & Lynch 2 : Dog Days est un ratage complet alors qu’il avait tout pour réussir. IO Interactive s’est planté sur toute la ligne. Ca ne présage rien de bon pour Hitman 5…

Des visuels du jeu Kane & Lynch 2 : Dog Days sur Playstation 3