Square Enix et son offre de manga en ligne

Note : Cet article est un test de la plateforme de vente de manga en ligne de Square Enix France. C’est un avis personnel que j’espère avoir exposé le plus objectivement possible.

Déjà évoqué en septembre dernier, l’éditeur Square Enix a lancé depuis décembre sa plateforme en ligne de vente de manga.

J’avais déjà évoqué mes doutes quant à l’intérêt du service au vu de la béta mais Square Enix a fait fort ! La version finale du site est bien pire !! En fait, on peut le dire, tout le site est un énorme epic fail lamentable.

Allez, je suis chaud, je vais les lister :

1- Se connecter J’arrive sur le site http://publications.eu.square-enix.com/eu/fr/top. Le nom du site fait rêver… Square Enix Members ou peut être Square Enix Manga ? Je veux me logger sur mon compte crée au moment de la beta.

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/9f234-login_square.jpg » large= »600″ haut= »380″]

Ok, alors, ça me demande un code d’authentification, un mot de passe à usage unique si « […]Si vous utilisez un authentificateur, veuillez également saisir votre mot de passe à usage unique. »

Hum, c’est quoi un authentificateur ? Bon, pas grave, je crée un nouveau compte !

2-Création d’un compte :
[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/370d6-login_account.jpg » large= »600″ haut= »390″]
Si l’image ne vous parle, en gros, pour créer un compte on m’envoie sur le site international de Square Enix… Mais ! Mais ! Je veux juste acheter des manga !

Bon, comme je veux tester le produit jusqu’au bout, je fais un effort. Ouvrir un compte, c’est 5 étapes… Mais rien que la 1er étape est déjà un gag : voir ci dessous
[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/a0af7-lol1.jpg » large= »600″ haut= »330″]

Alors là, je peux faire une « inscription temporaire » <= c'est à dire ? Square Enix ne veut pas de compte trop longtemps ? Je pourrais acheter trop de manga ?

Bon, une fois les 5 étapes joyeusement rempli, on se connecte et on arrive tant bien que mal à revenir dans la section manga (pour ça, on se connecte à son compte, on se dit "tiens je clique sur le bouton qui marque Square Enix en petit en haut" pour revenir sur le site principal et là enfin, cliquer sur l'onglet "Manga" <= logique en somme).

3- Le catalogue :

Ok, là je suis chaud bouillant, je sors ma CB, prêt à tester le service jusqu’au bout !!!

J’ai donc ma page avec les séries suivantes disponibles :

FULLMETAL ALCHEMIST
SOUL EATER
SATAN 666
VAMPIRE CHRONICLES
NABARI
JACKALS
BLACK BUTLER
BAMBOO BLADE
UBEL BLATT

Pour chaque série, j’ai 2 boutons en anglais (les traductions sont sans doutes trop compliquées) : Community et Store.

La partie Community est pour l’instant morte et vide. Sur Fullmetal Alchemist, y’a 2 commentaires qui date de décembre… super vivant comme communauté !

Je passe donc direct au « store ». Après tout, Square Enix veut s’imposer sur le marché de l’édition numérique, du manga dématérialisé.

Première douche froide : le catalogue est RI-DI-CU-LE !

News du 16 février : Le tome 6 de Fullmetal Alchemist est disponible… Tome 6 ?! Celui sorti en 2006 ! Youpie ! Si vous pensiez que Square Enix allait griller les éditeurs conventionnels pour nous sortir les derniers tomes plus vite, hé bien c’est raté ! Et les autres titres ne sont pas mieux lotis. Tous les mangas proposés sur le site sont disponibles en boutique et bien plus avancés au niveau de la publication.

4- Les tarifs :
Niveau tarif, les mangas sont vendus au prix promotionnel de 4€ le tome. Moins cher qu’en commerce pour la version papier. La date de fin de la promotion n’est pas précisée et encore moins quel sera le prix après la promotion.

Pour rappel, un tome de Fullmetal Alchemist (le tome 6 par exemple) est disponible à 6.17€. Au final, on gagne 2.17€ sur un tome mais néanmoins aucune garantie n’est donnée sur le futur du service ni sur la portabilité de mon mangathèque. Si le site ferme, il est quasi sûr que vous pouvez vous mettre vos manga numériques quelque part où ça fait mal et surtout bien au fond !

5- Le panier
Quand je veux valider mon panier, j’ai encore droit à un message bien lourd : Il faut installer le player flash propriétaire !

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/a22ec-player.jpg » large= »600″ haut= »380″]

Bon on ne va pas se laisser aller pour si peu, après tout le chemin parcouru, au moins, ils ont une version firefox de leur player ! Néanmoins, mauvaise surprise, l’installation du player se fait en anglais ! Pour un produit de grande consommation, c’est minable.

Une fois le player installé et sans redémarrer Firefox (premier point positif du test), je dois valider un contrat d’utilisation bourré de faute de frappe (les accents et les guillemets buggent, ça fait tache).

6- Payer
Enfin ! La page de paiement. Et ô surprise, encore une truc foireux ! Le formulaire de paiement est en anglais et propose le service click and buy (Paypal ça pue ?) qui me précise que 4€ ça fait 3.62 livres sterling (merci de l’info) et que si je n’ai pas de compte Click and Buy, j’ai l’immense privilège de pouvoir en créer un.

Donc vous rentrez vos données carte bleu et vous avez droit à créer un compte, 3 étapes avec un formulaire qui me demande nom, prénom, adresse, informations de paiement… Encore et encore !

Allez, j’avoue, je n’ai pas eu le courage de m’inscrire sur Click And Buy, je n’ai jamais entendu parler de ce service de ma vie, désolé mais je ne laisse pas trainer mes informations de Carte Bleu n’importe où.

Je ferme tout et dit adieu au service de Square Enix.

Pour la forme, je regarde le software installé pour lire le manga, ça s’appelle Keyring Agent et au lancement de l’application, ça me donne ça

Ça sent bon le logiciel qui vérifie mes licences, DRM et compagnie.

Conclusion

On dit que la critique est facile mais elle est pourtant parfois salutaire.

Square Enix a ouvert sa boutique manga en ligne, espérant sans doute torpiller facilement les portefeuilles trop plein de fans abrutis. La plateforme avait été annoncée en grande pompe après les menaces de procés et la fermeture de Onemanga. Au final, on assiste à un sketch, une parodie de service commerciale indigne d’une société d’édition comme Square Enixet je doute qu’ils aient vendu beaucoup de manga sur leur site !

Lutter contre le piratage et proposer une offre légale est bien entendu une très bonne chose. Mais l’éditeur a raté l’occasion unique de récupérer ses lecteurs. Au rang des défauts : Catalogue famélique, site aux fonctionnalités pitoyables : mal traduit, sans identité propre (sous catégorie du site d’entreprise), offre manga mal valorisé et surtout le sentiment global d’un manque total de respect du client.

Ne pas proposer de façon claire et conviviale d’acheter, punir les bonnes âmes avec des formulaires d’enregistrement à rallonge et pire : proposer un moyen de paiement inconnu en France; tous ces éléments prouvent que la boutique manga de Square n’a aucune volonté à révolutionner la manière de consommer le manga, juste à récupérer d’hypothétique part de marché volé par le scantrad…

Bref, ne tombez pas dans le piège, ce service est voué à mourir honteusement, oublié de tous !

5 commentaires sur “Square Enix et son offre de manga en ligne

  1. Hum, ça m’a l’air complètement naze comme service.

    Pas la peine de trop en dire, Tome 6 de FMA dispo alors qu’en boutique on a le tome 25, tout est dit.

    /me Lol un bon coup

    J'aime

  2. M’enfin … xD Déjà rien qu’en voyant les impression d’écran … C’est quoi toutes ça ? Déjà rien que pour se logger c’est trop l’bordel. Ils peuvent pas faire simple ? 😛
    En tout cas, c’est sur qu’ils ne risquent pas d’avoir beaucoup d’acheteurs.

    J'aime

  3. Alors pour le « Si vous utilisez un authentificateur, veuillez également saisir votre mot de passe à usage unique.” »
    Il s’agit d’un ptit porte-clef donnant six chiffres. Le compte pour acheter des mangas est le même que pour tout faire dans le site de Square Enix il permet de sécuriser le compte (un peu la même chose que le système d’un autre mmorpg bien connu).

    Déjà avec la sortie de FFXIV, ils cherchaient à ramasser le plus d’argent possible avec peu de contenu.

    Espérons que les utilisateurs ne se laisseront pas berner ^^

    J'aime

Les commentaires sont fermés.