.Hack//Quantum

L’histoire de .Hack//Quantum :
Asumi Aida mène une double vie : étudiante propre sur elle et pleine de vie dans le civil et hardcore gamer dans le MMORPG « The World R:X » dans le privée. Sous le pseudo de Sakuya, elle arpente le monde virtuel en compagnie de ses amies de classes : Iori Ikuta (pseudo : Tobias) et Eri Etou (pseudo : Mary). Après avoir combattu un boss infecté par un « bug », Etou tombe dans le coma dans la vraie vie !

. Hack//Quantum, c’est le dernier rejeton de la grande famille .Hack. Projet protéiforme signé Bee Train / Bandai et qui continue depuis 2002 et le tout premier .Hack//Sign.

.Hack a été un des premiers projets globaux où les sociétés japonaises s’entendent pour produire en même temps Anime / Manga / Jeux vidéo / Goodies au lieu d’attendre que ça cartonne pour dérouler la liste des produits dérivés. Bref, .Hack est du genre « tu le sais pas encore mais tu vas adorer ».

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/e4f88-hackquantum3.jpg » large= »600″]

. Hack//Quantum marque néanmoins une rupture dans le sens où c’est le premier segment de la saga qui n’est pas réalisé par Bee Train mais par le studio Kinema Citrus. Doit-on s’attendre à des changements radicaux ? Non, fan de .Hack, rangez les ceintures d’explosifs, on est bien en face d’un pur produit de la franchise, trop même. Si vous êtes un habitué de la licence, vous risquez de vous ennuyer car une fois de plus : on reprend les même et on recommande. En revanche, si vous êtes « nouveau », alors ces 3 OAV s’imposent comme un segment de qualité dans la liste.

Kinema Citrus a réussi à allier bon design, bonne animation et bonne réalisation. Niveau scénario, si on n’évite pas les poncifs à la .Hack, ça reste divertissant, avec de l’humour et du suspense, merci à Tatsuya Hamazaki (les segments Legend of the Twilight et Roots) qui signe ici une bonne histoire. La magie opère car pour une fois, les héros de .Hack ne sont pas montrés comme des autistes qui trouvent dans le monde virtuel un moyen d’expression. Les trois héroïnes ont des vies normales, partagées entre le jeu et la vie réelle.

Surtout, si vous n’avez jamais vu un épisode de .Hack-truc machin, vous pourrez apprécier .Hack//Quantum pour lui même.

Le réalisateur, Masaki Tachibana (Tokyo Magnitude 8.0) livre quelques scènes bien léchées et d’une manière générale, l’animation, les combats en CG et le chara design sont réussis.

Cerise sur le gâteau ? Les 3 OAV combinés ne vous prendront qu’une heure et demi de vie, de quoi donner sa chance à ce nouvel opus .Hack// même s’il faut néanmoins souligner la fin en queue de poisson, laissant présager une suite et qui frustre.

Des visuels de .Hack//Quantum :

2 Commentaires

  • Queue de poisson c’est le moins que l’on puisse dire, c’est un peut comme arrêter une série de 26 épisode à l’épisode 5… on a la base, on a l’intrigue et toutes les questions qu’elle pose, on découvre les perso principaux et… bah ça stop là xD

    J'aime

  • Perso, je n’avais pas du tout acroché au premier Hack Sign, trop de longueur, trop de mystère mystérieux.
    Si Hack Quantum ne donne même pas les réponses au scénario mis en place, ça sera sans moi

    J'aime