Doubt – la critique

Alors que la série « Judge » de Yoshiki Tonogai a été lancée en grande pompe lors de la japan expo 2011, revenons un instant sur sa première série publiée en France : Doubt qui entretient dans le fond et la forme un paquet de similitude avec Judge.

Dans un Japon contemporain, le jeu en ligne Rabbit Doubt fait fureur. Dans une équipe de joueur, le but est de déterminer qui est le loup et de le tuer avant qu’il ne massacre les autres joueurs. Jeu social qui se base sur le dialogue, les joueurs doivent dêmeler le vrai du faux pour déterminer qui est le menteur du groupe.

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/4e7c4-doubt_couverture_tome2.jpg » large= »600″]

6 joueurs adeptes de Rabbit Doubt décident de faire une IRL et de se rencontrer pour de vrais. Yu Aikawa, Eiji Hoshi,Hajime Komaba, Haruka Akechi, Rei Hazama et Mitsuki Hōyama passent alors la journée ensemble, à s’amuser et à mieux faire connaissance. Sauf qu’au moment de se séparer, trou noir et réveil du groupe dans un étrange entreprôt. Tous ont des codes barres tatoués qui permettent d’ouvrir des portes… et parmi eux, un loup se cache prêt à tuer les autres joueurs : le jeu Rabbit Doubt se déroule dès lors pour de vrai !

Le principe rappelle directement le jeu de carte « Les Loups-Garous de Thiercelieux » et l’idée de le transposer dans la réalité, avec une vrai mort au final est intéressante. L’auteur a un style classique mais très propre et détaillé. La mise en scène est dynamique et les quelques rebondissements de l’intrigue sont bienvenues. Non le problème n’est pas là.

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/10d8e-doubt_francais.jpg » large= »600″]

Doubt repose sur une bonne intrigue, sauf que, entre le final très sympa et le pitch de base, au milieu ça manque de piment. L’auteur complique inutilement l’histoire avec les codes-barres alors qu’au final, une fois le rebondissement sur les codes barres passé, ben ça sert plus à rien.

De même, les relations entre les personnages, en dehors de Mitsuki et Yu, ne sont pas très développées. Quand des soupçons pèsent sur un des joueurs, il disparait ou meurt. Il n’y a donc que peu de confrontation verbales entre joueurs en dehors de « tu es le tuer » et je te casse la gueule. Plus action que réflexion donc sauf que niveau action, ça reste aussi limité. Quand la quatre de couv’ parle d’un mix entre Saw et les 10 petits nègres… Non et non, c’est entre les deux, un peu perdu entre un manque de suspense et de tension et un manque d’action.

Le double rebondissement final sauve un peu le tout et on se dit au final « ok c’est pas si mal » mais sur un format aussi court (4 tomes), l’auteur aurait du passer plus vite sur les éléments peu important et se garder quelques gros rebondissements en cours de route pour tenir le lecteur en haleine. Là on reste avec un thriller sympathique mais sans grand envergure.

Les 4 tomes de Doubt, signé Yoshiki Tonogai, sont disponibles chez l’éditeur Ki-oon au prix de 7.50€ le tome.

2 Commentaires

  • Honnêtement, j’ai trouvé le dénouement fort tiré par les cheveux et pas du tout crédible. On trouves d’ailleurs très facilement le coupable en appliquant la règle « le coupable, c’est celui qui a l’air le plus innocent ».

    Dans le même genre, judge, du même auteur est en cours de parution et c’est vraiment du réchauffé.

    J'aime

  • Merci pour l’avis Ecto. Oui, l’ultime rebondissement est tiré par les cheveux et on le sent venir.
    Mais ce qui m’a gêné davantage, c’est vraiment que le suspense et la tension n’arrivent pas à décoller au fil de la lecture. Notamment dans le dernier tome, celui des révélations qui est torché en six, quatre, deux.

    J'aime