Voyage vers Agartha de Makoto Shinkai – critique

Voyage vers Agartha ou Hoshi o Ou Kodomo de Makoto Shinkai est un long métrage d’animation sorti en 2011 au Japon et bientôt disponible chez Kazé Animé. Le film a été diffusé en avant première en France durant la Fête de l’Anim’ en mars dernier.

Asuna est une adolescente studieuse et solitaire, qui passe son temps libre à écouter une radio bricolée et contenant un cristal légué par son défunt père. Mais un jour, Shun, un mystérieux étranger fait irruption dans sa vie. A peine les liens se tissent entre eux que ce dernier disparait. Asuna est alors entrainée vers Agartha, dans un voyage aux confins de l’étrange et de la mort.

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/ce83f-voyage_agartha-6.jpg » large= »600″]
Le début des ennuis pour Asuna

Voyage vers Agartha est avant tout le voyage d’Asuna, adolescente un peu paumée qui se laisse porter par des évènements qui la dépassent. Makoto Shinkai signe ici son film le plus abouti en conservant le style contemplatif qui a fait son succès tout en y ajoutant (enfin) un souffle épique et une aventure digne de ce nom. Le film emprunte au récit mythologique, dont Orphée et sa descente aux enfers, mais aussi aux divinités shinto via les dieux et gardiens présents dans l’histoire.

Le film affiche une double réussite, être dynamique et beau… mais beau… déjà 5cm/s était beau, mais Voyage vers Agartha est tout autant réussi, détaillé tout en étant beaucoup plus vivant, animé et avec beaucoup plus d’action. Bref, niveau visuel, ça arrache les yeux. Le design en soit est assez classique mais la coloration est tout simplement magnifique.

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/36452-voyage_agartha-2.jpg » large= »600″]
Un des plus beau moment du film

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/f15e0-voyage_agartha-1.jpg » large= »600″]
Les gardiens font invariablement penser à un film de Ghibli

Néanmoins, tout n’est pas parfait dans le film. Le film affiche un bon 115 minutes au compteur et il faut se rendre à l’évidence, l’histoire ne devient intéressant qu’au moment où Asuna et les autres personnages arrivent à Agartha, après 40 min de film donc. Heureusement, la splendeur du dessin fait bien passer ces moments où l’histoire se met lentement en place.

De même les personnages font un peu pschiit et on a du mal à les cerner voire à s’attacher à eux. Le prof méchant-mais-gentil-mais-quand-même-un-peu-méchant, Shin et même Asuna, qui n’a pas vraiment de but en soit et qui l’avoue même quand on lui demande ce qu’elle est venue chercher en Agartha… Elle n’en sait rien ! Bref, les personnages sont un peu trop girouettes et fades. Idem pour les situations : Alors que l’arrivée d’humains dans Agartha est présentée comme un fléau sans nom, au final ce n’est pas si grave vu que ça passe rapidement au second plan.

Cet inconstance nuit à l’aventure et on se retrouve avec un film un peu bancal, à mi chemin entre le style contemplatif et le récit épique. Néanmoins la volonté de Shinkai d’évoluer dans la narration est louable et pour un coup d’essai, l’ensemble tient quand même la route.

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/31966-voyage_agartha-7.jpg » large= »600″]
Toujours avoir un petit animal mignon sur son épaule

En conclusion

Voyage vers Agartha tient ses promesses sur le plan visuel, qui parvient à surpasser 5cm / s, le précédent film de Makoto Shinkai. L’intrusion dans le récit d’aventure apporte du dynamisme et un souffle épique. Néanmoins, l’histoire et les personnages restent très conventionnels et on a du mal à accrocher aux ambitions des personnages. Le résultat entre deux est loin d’être mauvais, mais manque de maturité. Sans doute dans le prochain film de Shinkai ?

Note finale : 12/20

Des visuels du « Voyage vers Agartha »

4 Commentaires

  • Je rejoins la conclusion : j’ai préféré bizarrement 5cm/s, il s’y passe moins de chose mais le film est plus condensé et j’ai vraiment accroché au personnage.

    Là, on saute un peu trop du coq à l’âne et ça enchaine les stéréotypes : le mystérieux inconnu, la gentille fille un peu seule mais bosseuse, le monde parallèle, les gens pas vraiment méchants mais c’est pas leurs fautes, les hommes qui cherchent à défier les dieux et qui sont punis de leur arrogance.

    Attention, je ne dis pas que l’histoire est pourri, juste qu’elle est convenue et c’est dommage car le dessin est sublime, j’ai vraiment trouvé ça plus beau que les précédents films de Makoto Shinkai, plus variés, plus magiques.

    Bref, un chouette film très beau et plaisant, mais pas un chef d’oeuvre

    J'aime

  • Globalement d’accord avec la critique.

    Voyager vers Agartha avait tous ce qu’il fallait pour réussir son pari, mais pour moi, il souffre des mêmes defauts que les precedents film de Makoto Shinka.

    C’est super beau, voire magnifique, mais la narration est globalement décevante avec des personnages plats et un scénario sans originalité. Le tout servi par un rythme aléatoire et mal soutenu.

    J’avoue, je n’ai jamais été fan du style contemplatif de Shinkai. Dans Agartha, j’ai aimé le changement de l’approche cinématographique et son envie de raconter une histoire. Enfin on passe du coté démonstration visuelle à un vrai film avec un effort de mise en scéne.

    Le film reste du coup classique mais c’est très très prometteur pour makoto shinkai en tant que réalisateur !

    J'aime

  • En tout cas j’ai peiné pour trouvé une critique de ce film qui n’etait pas une simple éloge, je commençais à me demandé si c’est moi qui n’était plus en phase … enfin bref
    En tout cas je suis assez de PKRG, c’est un peu boiteux au niveau de l’histoire et des personnages .. on sait pas vraiment ou cela veux en venir ni ce que les protagoniste font là.. ça n’explore pas toute les pistes et oublie de répondre à beaucoup de question …
    Autre chose qui m’a frappé .. est ce un hommage ou un gros pompage du style miyazaki (aussi bien pour la mise en scène d’ailleurs), et on parle beaucoup de la beauté du film, pour les décors, c’est sur, pas de problème (c’est à dire plan fixe + travelling, enfin, srolling par ordi) mais pour ce qui est des personnage et des objets animés (une animation assez moyenne d’ailleur) c’est moins évident.. suis je le seul a voir cette colorisation trés « pastel » et fade sur ceux ci, on a l’impression qu’ils sont toujours « dans l’ombre » par rapport au reste

    J'aime

  • Merci pour le retour Xirius.

    L’inspiration (pour rester poli) Miyazaki est très forte, notament dans la représentation des divinités qu’on dirait sortie tout droit de Chihiro. Après, vu les succès des films Ghibli au Japon (et dans le monde), leur influence doit être énorme (donc on parlera d’inspiration, pas de pompage 😉 )

    J'aime