Nvidia annonce une console et du cloud gaming

Avec le Project Shield, Nvidia vient de créer une double surprise : d’un coté de se lancer sur le marché des consoles et de l’autre de proposer un service de jeu à distance en streaming dit de cloud gaming.

Project Shield : portable et salon

C’est lors du CES 2013 que Nvidia vient d’annoncer sa console. De visu, elle ressemble à une manette sur laquelle on aurait branché un écran de 5″ capable de délivrer du 720p (1 280×720). Mais la vraie surprise, c’est que la portable se fait console via sa sortie HDMI qui délivrera du 4K ou Ultra HD, la nouvelle norme haute définition qui équipera les futures TV à écran plat (et probablement la Playstation 4). Deux objets en un au final grâce aux ports de sortie.

Niveau puissance, Nvidia équipera la console du Tegra 4, la toute nouvelle mouture de sa puce graphique dédiée au appareil mobile (portable ou tablette) et qui a déjà ses jeux vidéo optimisés via la Tegra Zone de Google Play. Car oui, la console sera au passage sous système Android et fera tourner tous les jeux de l’Android Store avant de voir débarquer des jeux dédiés.

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/064bd-nvidia-shield.jpg » large= »640″]

Project Shield : cloud gaming local et web

Mais Nvidia ne s’arrête pas. La console pourra également streamer vos jeux depuis votre PC que ce soit pour y joueur dans les toilettes sur l’écran du Nvidia Shield ou sur une TV HD. La démonstration a été faite en diffusant Assassin’s Creed 3 version Steam sur une TV via la console.

Mais bon, l’intérêt reste quand même assez marginal car il faudra toujours avoir un pc puissant pour y faire tourner les jeux, la console ne servant que de relais de diffusion, pas au calcul. Mais Nvidia a poussé la logique jusqu’au bout en dévoilant aussi un service de jeu vidéo en streaming en ligne baptisé « Grid« . Ce dernier permettra de streamer via votre connection internet des jeux sur « Shield », mobile ou tablette. L’intérêt derrière pour le client est de pouvoir avoir le top des graphismes sans avoir à modifier sa machine « locale », le calcul technique se faisant sur les serveurs. Pour le constructeur, c’est un gain à tous les niveaux : pas de piratage et pas de console à changer tous les 4 ans avec de gros risques et investissements.

L’enjeu stratégique du Cloud Gaming

Avec le rachat de Gankai par Sony en 2012, il semble évident que les constructeurs réfléchissent à proposer des services de Cloud Gaming dans leur prochaine console next gen. Mais Nvidia prend toute le monde de court en officialisant ce service (même si la « Shield » ne verra pas le jour commercialement avant l’été 2013, gageons pour juin et l’E3) et va pousser au moins Sony à réagir sur ce terrain. Car l’enjeu est crucial : en brusquant le marché et les acheteurs avec une technologie non mature et c’est la plus grosse évolution du marché du jeu vidéo qui risque de s’écrouler, mais laisser un outsider prendre des parts de gâteau sur un terrain non occupé comme le cloud gaming est dangereux. Une console « cloud gaming » coûte beaucoup moins cher en matériaux qu’une console de salon classique (au moins à produire) et cela pourrait être un argument important pour les acheteurs.

Reste également l’inconnu de la qualité. Pour avoir testé Crysis 2 sur Onlive (une des plus grosses sociétés de Cloud Gaming qui a fait faillite), c’était beau, ça tournait parfaitement sur un PC minable (on parle d’un truc avec un processeur Atom et 1go de ram) mais sur ma connection pourrie, c’était comme regarder une vidéo qualité 360p sur Youtube au lieu du HD : ça pixelisait. Pas sûr de vouloir une image baveuse sur Crysis 3 avec une TV Ultra HD…