Un pirate sachant pirater se fait pirater

Combattre le piratage, on peut le faire avec les menaces, les DRM abusifs (qui a dit Sim City ?) ou en bridant le hardware à la source (les rumeurs sur le online obligatoire de la Xbox 3) mais on peut aussi simplement le faire avec humour et pédagogie (et se faire un joli coup de pub au passage).

C’est la stratégie adoptée par Greenheart Games qui vient de sortir le jeu vidéo « Game Dev Tycoon« , une simulation de studio de développement de jeu vidéo qui après un passage sur mobile arrive enfin sur PC, Mac et Linux. Le jeu est proposé sans DRM et au prix d’environ 7€ (ici).

Patrick Klug, le patron du studio, a décidé d’un petit coup de com’ assez drole : mettre lui même la version crackée de son jeu sur les réseaux de partage. Sauf que, à l’inverse de Hotline Miami avec l’auteur du jeu qui a fourni des patchs pour la version pirate de son jeu, le but de Klug est tout autre.

En effet, la version du jeu piraté est en fait légèrement différente de l’originale : au cours du jeu, votre studio de jeu vidéo virtuel commence à avoir des problèmes avec les ventes qui dégringolent… pour cause de piratage !

Une manière élégante de faire comprendre aux joueurs que le piratage n’est pas anodin, surtout pour les studios de taille modeste très dépendant de la réussite économique ou non de leur jeu.

Le fondateur de Greenheart Games s’est par ailleurs amusé de voir le forum de support de son jeu inondé de plainte concernant l’impossibilité de jouer à son jeu à cause des ventes en baisse dû au piratage. Hé oui, les gens piratent et viennent se plaindre au support…

Pas revêche, Patrick Klug est allé prêcher la bonne parole sur les gens qui seplaignent en expliquant le tour de passe passe qu’il avait réalisé afin de les sensibiliser. Et au passage, il s’est offert une belle pub intelligente pour son jeu !

Source
Plus d’information : Le site de Game Dev Tycoon