Archives de Catégorie: Séries TV

La saison 2 de Video Game High School a besoin de vous

Alors que la saison 1 est toujours disponible en streaming intégral, l’équipe de Video Game High School repasse par la case financement participatif pour obtenir les fonds nécessaire à la saison 2. C’est une nouvelle fois sur Kickstarter que la communauté est sollicitée pour soutenir le projet (page ici).

Au menu : Plus de 600 000 dollars nécessaire pour une suite « encore mieux » qui s’étendra ce coup-ci sur 6 épisodes plus long (environ 3h) contre les 9 épisodes de la première saison (2h) et Brian D sera de nouveau de la partie.

Comme toujours sur Kickstarter, des promesses de dons s’accompagnent de cadeau dont la liste est détaillée sur la page du projet. Alors que la saison n’avait demandé que 75 000 dollars pour être financé, l’équipe explique l’inflation du projet à 600 000 dollars par le fait que la saison 1 leur avait coûté au final 636 010 dollars (pour 222 498 $ récoltés) et qu’ils ne veulent pas faire une suite en deçà de la première saison (ni en être de leur poche).

Dans un soucis de transparence, la répartition des coûts a été mise en ligne par l’équipe (lien par ici) hé oui, on découvre que le poste de dépense « nourrir les équipes de tournage » est plus élevé que les salaires des acteurs.

Video Game High School Saison 1

La première saison de Video Game High School racontait l’histoire de Brian D, un gamer de FPS qui se retrouve recruté par la prestigieuse école VGHS qui forme l’élite des joueurs de jeu vidéo. Dès lors Brian rentre en compétition avec la star de l’école « The Law ».

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/bc2e0-vghs.jpg » large= »640″]

Les classiques de la série ado / lycée américain sont réunis mais à la sauce jeu vidéo et Freddiew. Bonne mise en scène, rythme soutenu et un bon casting (notament « The Law ») ont donné une des meilleures (web) séries de ses dernières années avec un niveau professionnel.

Surtout, Video Game High School confirme la capacité de Freddie et de son équipe à assurer sur un format plus long (9 épisodes de 15min) en lieu et place des vidéos funs de quelques minutes sur les jeux vidéo.

L’équipe de Freediew

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/38ee3-freddiew_team.jpg » haut= »180″ large= »300″ crop= »b » align= »right »]Si vous traînez sur Facebook, vous avez sûrement déjà passé quelques minutes à regarder une des vidéos de la chaîne de freddiew, une des chaines les plus suivies sur Youtube et spécialisée dans « la reproduction vidéo de jeu vidéo », que ce soit Skyrim, Hitman ou encore une mise en scène d’un Rocket Jump.

Freddiew c’est donc Freddie Wong et Brandon Laatsch, le duo a l’origine d’une des chaines les plus populaires de Youtube.

Revolution

Diffusée depuis septembre 2012, la série Revolution a su conquérir son public et se voit confirmer dans sa programmation. Au fil de ses 22 épisodes, Revolution dépeint une Amérique privée d’électricité où le gouvernement s’est écroulé, laissant place à des milices privés.

On suit la famille Matheson dont le fils cadet a été emmené de force par la Milice de Monroe. Alors que son père a été abattu par les soldats, Charlie Matheson et des amis de son village partent sur les traces des miliciens pour sauver son frère. Mais les Matheson ne sont pas de simples rescapés du grand « Black Out », et leur famille semble en savoir long sur les causes du cataclysme qui a plongé le monde dans le noir.

La série repose sur un scénario alléchant, mélange de monde post-apocalyptique, de milice paramilitaire et de mystérieux pendentif pouvant faire revenir l’électricité. Tous les éléments sont réunis pour tenir en haleine le spectateur. Hélas, les bons pitch ne font pas forcément les bons scénarios car au final, la série s’étire énormément dans des longueurs soporifiques et il faut attendre les épisodes 7 / 8 pour que l’intrigue décolle enfin. Car la quête de sauver le frère de l’héroïne est au final peu passionnant, plombé en cela par les tiraillements moralistes des héros (tuer c’est mal… sans déconner…). Heureusement, les flashbacks avant le « black out » pour présenter les personnages permettent de donner du relief aux personnages, notamment le major Tom Neville.

Autre problème de la série, son manichéisme outrancier. La milice de Monroe est dépeinte comme un ramassis de brutes et de meurtriers et tous les soldats sont des pourris, des psychopathes ou des tueurs de sang froid. Alors que les flashbacks montrent un monde en proie à la violence et à l’anarchie, rien n’est montré pour expliquer l’essor de la milice. Un des héros est un ancien de la milice et là aussi, c’est traité comme un élément honteux de son passé au fil des épisodes sans jamais expliquer ses choix.

Heureusement, Rachel Matheson, la mère de l’héroïne offre un visage plus nuancé et humain en n’hésitant pas à tout sacrifier (même des gens) pour sauver ses enfants. La série en est actuellement à son épisode 10 et a atteint son rythme de croisière. Il ne reste plus qu’à voir si elle continue à diluer son histoire ou si des éléments de réponses à l’histoire font enfin se mettre en place.

La première saison comptera 22 épisodes.

Des visuels de la série Revolution

:

Vegas

Continuons la cuvée automne 2012 des séries TV avec Vegas. Comme son nom l’indique, il est question de Las Vegas, la mecque du jeu et du vice dont il s’agit.

On suit l’histoire (vraie!) de Ralph Lamb un ancien de la police militaire qui est retourné s’occuper de son ranch après la guerre. Sauf qu’avec la montée de la criminalité, le maire de Las Vegs fait appel à lui pour remettre de l’ordre dans la ville. Au même moment, Vincent Savino, un mafieux de la famille de Chicago débarque de Cuba pour s’occuper du Savoy, un rutilant casino en plein centre de Las Vegas.

La série tourne autour des deux personnages principaux : Savino (Michael Chiklis) et le Shérif Lamb (Dennis Quaid). D’un coté, on suit l’implantation de la mafia dans la ville et de l’autre les enquêtes policières du Shérif qui ne tarderont pas à croiser la route de Savino au fil des épisodes.

Le premier élément le plus remarquable dans la série, c’est le soin apporté au décor pour recréer le Las Vegas de l’époque. La représentation des années 60 est une grande réussite et revenir au début de Vegas donne un charme certain à l’intrigue. L’autre point fort, c’est la dualité entre le shérif et le mafieux qui ne repose sur aucun manichéisme. Fidèle au personne, le shérif se la joue cowboy mais seulement pour déstabiliser Savino qu’il sait puissant et intouchable.

L’intrigue se pose au fil des épisodes et heureusement la partie « enquête policière » ne prévaut pas sur l’intrigue globale. Commencée le 25 septembre 2012, la série vient de passer le premier cap d’audience et s’est vue confirmée jusqu’à 21 épisodes.


Arrow, suivez la flèche

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/164df-arrow-serie-tv-poster.jpg » large= »200″ align= »left »] Il plane un bon goût de Batman sur la série Arrow. Diffusée depuis le 10 octobre 2012, la série combinent action, vengeance et justicier masqué.

Oliver Queen, seul rescapé du naufrage qui a couté la vie à son père, est découvert par hasard par des pêcheurs chinois. De retour dans sa famille, les riches et puissants Queen, propriétaire de l’empire Queen Consolidated, Oliver semble distant, cassé. Que s’est-‘il passé pendant ses 5 années de solitude sur cette île surnommée « l’ïle du diable » ?

Le tableau est posé : Oliver Queen, riche dandy branleur revient à la civilisation après en avoir bavé sur une île. Que s’est-il passé là bas ?

Des flashbacks disséminés au fil des épisodes éclairent le Oliver Queen actuel. La certitude, c’est que son père lui a donné une mission avant de mourir : punir les puissants qui profitent de la ville et corriger ses fautes. Oliver endosse dès lors le costume de justicier et se bat avec son arc pour honorer la promesse faites à son père.

Vengeance, héros justicier milliardaire et sans pouvoirs spéciaux, les parallèles avec Batman sont nombreux. Pour autant, même si la série n’arrive pas à égaler le modèle, elle impose son style : du combat, de la romance, de la conspiration et des indices sur l’histoire savamment distillés.

Le héros est porté par la plastique de Stephen Amell qui jongle habilement entre le coté sombre du justicier et la frivolité du riche fils à papa. Et la série échappe avec bonheur au kitch classique du genre super héros : c’est classe, c’est bien filmé, c’est dynamique et le tout est crédible.

A voir maintenant comment l’histoire va évoluer.

La série comptera 22 épisodes pour sa première saison.

En vidéo :

Last Resort, série en eaux troubles

La cuvée de l’automne 2012 est particulièrement bonne, niveau série TV. Je commence avec Last Resort, qui avec ses 6 épisodes à son actif a pu passer le cap du simple effet de surprise pour imposer son rythme.

Le sous marin lanceur d’engin USS Colorado est en mission au large des côtes pakistanaises. Alors qu’il récupère des soldats SEAL après une opération secrète, ils reçoivent un ordre de tir de missile nucléaire sur le Pakistan. Sauf que l’ordre de tir, bien qu’authentique, ne provient pas du réseau de communication habituel. Le capitaine et son second sont face à un choix moral : Obéir et faire feu ou désobéir et trahir son pays ?

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/23ca9-last-resort_cod_capitaine.jpg » large= »640″]
Première bonne surprise de la série : la présence de Robert Patrick (le T1000 de Terminator 2) dans le rôle du COB, le chief of the boat. L’autre bonne surprise, c’est la présence à la réalisation de Shawn Ryan, déjà responsable de The Shield et The Unit.

Considérés comme des traitres suite à leur refus d’obéir, l’USS Colorado est contraint à se réfugier sur une île, Sainte Marina et à annexer une base de radar de l’OTAN pour se protéger des raids américains. Afin de gagner du temps et découvrir qui a manipulé les ordres pour annihiler le Pakistan, le capitaine du sous marin, Marcus Chaplin, soumets l’ile à une interdiction de vol sous peine de faire feu avec des armes nucléaires sur le pays qui violerait cette exclusion aérienne.

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/5b253-last-resort-ep2-blue-on-blue.jpg » large= »640″]

La série diffusée sur ABC profite d’un budget conséquent et on est tout de suite dans l’ambiance de guerre sous marine, de complot, de conflit nucléaire. Le duo Andre Braugher (Le capitaine Marcus Chaplin) et Scott Speedman (XO Sam Kendal) est crédible et les rebondissements font mouches : ont-ils eu raison de désobéir ? Le capitaine est-il fou ? Y’a t’il vraiment des traitres à Washington ?

Il faut bien entendu aimer les films militaires pour vraiment aimer Last Resort mais ça évite l’écueil de la réthorique militaire en se basant plus sur le respect, la confiance des soldats vis à vis des officiers. Même si le capitaine est aimé de son équipage, peut-il les entrainer jusqu’à trahir leur pays ? Même pour la bonne cause ?

La série est prévue sur 13 épisodes. Aucune diffusion française de prévue pour le moment.

[tim image= »https://aviscritiquecom.files.wordpress.com/2021/02/62bd1-last-resort-andre-braugher-1.jpg » large= »640″]

Plus d’information: Site officiel

Derniers articles »